Avertir le modérateur

05/12/2007

Les pays de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord se mobilisent contre le sida

Les pays de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord se mobilisent contre le sida

The Adviser Mag – Tunisie –LE MONDE -TUNIS ENVOYÉ SPÉCIAL 

 

 

Avec 70 000 nouvelles infections par le VIH en 2007, l'ensemble Moyen-Orient - Afrique du Nord est, derrière l'Europe de l'Est-Asie centrale, la deuxième région au monde où l'épidémie de sida progresse le plus vite. "Il n'est pas possible d'attendre, ni sur le plan humain, ni sur le plan économique", a affirmé Michel Kazatchkine, directeur exécutif du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui organisait, du lundi 3 au jeudi 6 décembre à Tunis, sa cinquième réunion pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

 

Après une période souvent marquée par le déni de l'épidémie et la stigmatisation des personnes, les pays de la région ont commencé à agir. L'état de mobilisation varie beaucoup d'un pays à l'autre. "Deux décisions importantes ont été prises en Tunisie : contrôler le sang, à partir de 1984-1985, et fournir gratuitement les trithérapies aux malades quand elles ont été disponibles", souligne le docteur Nabiha Gueddana, directrice générale de l'Office national de la famille et de la population (ONFP), chargé de mettre en oeuvre des actions d'information, de diffusion des moyens de prévention, de recherche et de coopération internationale en matière de sida.

 

651 MILLIONS DE DE DOLLARS

 

D'autres pays se sont montrés plus fermés. Mais, comme l'indique Abdallah Miguil, ministre de la santé de Djibouti et membre du conseil d'administration du Fonds mondial, "le déni et le silence ont beaucoup reculé dans la région. On ne peut plus cacher la réalité". Le montant des financements accordés par le Fonds aux pays de la région Moyen-Orient - Afrique du Nord (MENA, dans la terminologie internationale) est un indice de cette évolution. Il s'élève au total à 651 millions de dollars pour les trois maladies, dont 269 millions pour la lutte contre le sida. Seize des 17 pays éligibles ont reçu un appui financier du Fonds pour leurs programmes.

 

"Ce n'est pas qu'une question de financement", soutient Khadidja Moalla, qui coordonne, dans les pays arabes, l'action contre le VIH/sida du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Basée en Egypte, cette Tunisienne très attachée à la laïcité estime indispensable d'impliquer les leaders religieux. "Le discours des religieux a une grande influence dans les pays arabes et notre expérience montre qu'avec un travail patient, il est possible de les faire s'engager contre le sida. L'imam de la mosquée de Khartoum fait maintenant des prêches sur le sida devant 20 000 fidèles lors de la prière du vendredi et il a fait venir des personnes vivant avec le VIH", dit-elle. Plusieurs conférences internationales ont eu lieu avec des leaders religieux, musulmans et chrétiens.

 

La réunion a décidé la création dans la région de l'association des Amis du Fonds-MENA, comme il en existe aux Etats-Unis, au Japon ou en Europe. La Tunisie en assurera le secrétariat. Paul Benkimoun

 

17:13 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu