Avertir le modérateur

05/12/2007

Tunisie : Mehdi Abdelmoula, Entreprise MABROUK

Tunisie : Mehdi Abdelmoula, Entreprise MABROUK        

 

The Adviser Mag –Tunisie

Depuis sa création en 1982, la marque MABROUK s’est imposée comme étant la référence tunisienne en matière de prêt-à-porter et sportswear homme, femme et enfants.

Aussi, avons-nous eu le plaisir de rencontrer son administrateur qui nous a fait part de tout son sentiment sur le secteur du textile.

 

Mr Abdelmoula, pensez vous que le secteur du textile peut faire face aux obstacles actuels tels que la concurrence asiatique ?

 

La période euphorique du textile tunisien est dépassée mais avec les différentes mesures, telles que le programme de mise à niveau de mise à niveau, le soutien des instances publiques et gouvernementales, les entreprises tunisiennes se doivent et peuvent faire face à ces obstacles.

 

Comment voyez-vous la réaction du secteur ces dernières années face à une concurrence beaucoup plus rude des chinois? Et que pensez vous de son future ?

 

Les difficultés sont là, mais ce n’est pas non plus l’hécatombe. Il y a quelques entreprises en difficultés mais il en a d’autres qui continuent à se développer. Avec la concurrence asiatique, on s’attendait à un ras de marrée plus ravageur.

Il y certains opérateurs qui sont en train d’investir dans l’industrie textile en Tunisie. D’ailleurs, au 1er semestre 2006 les exportations du secteur sont en évolution positive par rapport à la me^me période de l’année précédente.

 

Est-ce que les produits asiatiques, essentiellement chinois, connus pour leurs bas prix, sont les concurrents les plus dangereux pour l’industrie textile ?

 

La concurrence se ressent surtout sur les grandes séries et sur les produits de qualité moyenne. La chine et l’Asie ne sont pas la poule aux oeufs d’or, ce n’est pas très facile ni très évident d’investir en Chine. Il faut tomber sur le bon partenaire, il faut cibler à temps dans un secteur où les délais de livraison deviennent de plus en plus importants. Ce n’est donc pas aussi évident de se sourcer en Chine, la preuve, il y a des marques étrangères qui se sont délocalisées en Asie essentiellement en Chine et qui sont revenues sur leurs décisions partiellement ou totalement en développant leur production dans les pays limitrophes : Méditerranée Sud, Turquie, quelques pays de l’ancienne Europe de l’Est.

 

Que pensez vous du programme de mise à niveau en Tunisie et de ses résultats ?

 

Le programme de mise à niveau vient de fêter ses 10 ans. Le bilan a été fait et les résultats sont plus qu’encourageants. En ce qui concerne Maille club, la société est à son 3ème programme ce qui lui a permis de renforcer ses structures matériels et immatériels de moderniser son process, d’organiser son management et donc d’améliorer sa productivité.

 

Ce sont les effets directs de la mise à niveau. Et les effets indirects ?

 

Concernant les effets indirects, ils sont encore plus importants. La mise à niveau nous a permis d’avoir plus de recul par rapport à notre gestion et de développer une réflexion stratégique à moyen et long terme.

 

Que pensez vous du code des investissements, faut–il explorer d’autres horizons en matière d’avantages comparatifs?

 

Toutes les mesures liées à l’investissement doivent être exploitées. De nouveaux horizons en matière d’avantages comparatifs seront toujours les bienvenus.

 

Pouvez vous nous donner votre avis sur le commerce international et comment améliorer la compétitivité des entreprises tunisiennes ?

 

Avec l’ouverture des différents marchés, les entreprises tunisiennes seront de toute façon obligées d’améliorer leur compétitivité. Celles qui ne le feront pas, ne pourront pas rester sur le marché.

 

Comment finalement, peuvent elles développer leur compétitivité ?

 

C’est grâce à la formation et la capitalisation sur le facteur humain que les entreprises tunisiennes pourront développer leur compétitivité. L’infrastructure économique est là, les instances publiques sont en train de jouer le rôle de catalyseur dans la croissance économique. La plus grande intervention doit se faire au niveau de la formation, à partir de l’enseignement supérieur. En fait, mes propos vont peut être déplaire à certains, mais, il y a un décalage énorme entre le monde du travail, les exigences des entreprises d’une part et la perception de ce monde par les jeunes diplômés futurs cadres, d’autre part. Enseignement et entreprises sont amenées à se rapprocher pour faire converger leurs intérêts et résultats. Aujourd’hui l’enseignement est loin de la réalité du monde des affaires alors que les compétences humaines sont appelées à constituer un levier stratégique pour l’entreprise.

 

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes promoteurs d’aujourd’hui qui veulent se lancer dans leur propre projet?

 

Je leur conseillerai tout d’abord de se frotter au monde du travail et d’acquérir ensuite de l’expérience pendant quelques années solides et surtout de ne pas se lancer dans un projet immédiatement à la sortie de la Fac. Il faut savoir qu’un projet c’est un tout : de la comptabilité, de la finances, de l’informatique, de la gestion, de l’administratif, de la gestion des ressource humaines, du marketing... Il faut vraiment avoir un minimum d’expérience avant de se lancer dans le grand bain.

 

Concernant le secteur du textile, quels sont vos conseils ?

 

J’encourage ces jeunes à créer leurs propres entreprises de services, de soutien. Le secteur du textile a réellement besoin d’entreprises de soutien, d’assistance et de conseil. Des prestataires de services avec une spécialisation pointue peuvent apporter un réel plus dans la gestion de la production, la planification, la supplay chain, la vente, le stylisme, le modélisme, le patronage, le marketing de la mode…

 

Pensez vous que la co-traitance est une solution dans ce secteur ?

 

La co-traitance n’est pas la solution mais une alternative supplémentaire pour nos clients étrangers. En effet, beaucoup d’opérateurs européens avec leurs partenaires tunisiens sont passés de la sous-traitance à la co-traitance mais d’autres ont préféré rester à la sous-traitance et ce pour une maîtrise totale de leurs matières 1ère surtout sur le segment du haut de gamme lequel segment demeure difficilement délocalisable en Asie.

 

Selon vous, quelles ont été vos clés de réussite ?

 

C’est justement cette vision à long terme qui nous a permis de mettre en place une marque, un nom, un label de qualité et d’avoir développer un réseau de distribution et une collection harmonieuse et complète. Il est également évident que ceux sont les compétences humaines et la valeur de nos différentes équipes qui ont constitué et constituent toujours les facteurs clés de développement du groupe Maille Club.

Le mot de la fin ?

Aujourd’hui, le groupe Maille Club développe, crée une collection, la produit en Tunisie, la vend dans son réseau de distribution sous une marque enseigne tunisienne et un nom de marque 100% tunisien sans aucune connotation occidentale : Mabrouk, et cela ne nous dérange pas au contraire on en est fier. Cela veut dire que le textile tunisien peut s’imposer avec ses moyens de création, de production, de marketing et de distribution 100% tunisiens.

 

 

http://www.tunisieaffaire.com Écrit par Amine BENHAMIDA    

 

16:02 Publié dans interview | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

SLT TU SAIS BIEN QUE LE STYLISME EST RIEN N TUNISIE CAR JE MES ETUDE DEPUIT UN AN ET JE NE TROUVE PAS UN BOULOT

Écrit par : CHRIGUI | 02/01/2009

bravo maille club

Écrit par : salima | 23/01/2009

félicitation, j'aime bien votre nouvelle collection

Écrit par : doggui | 03/07/2009

bonjour
j'aime bien votre nouvelle collection bravo
svp svp svp les plantallon pour cet hiver en gerzé en grand taille svp ausecour
on a rien a mettre que vos pantallon en xxxl en gerzé

Écrit par : narjes | 25/11/2009

bonjour j'aime bien votre belle collection et j'espère bien que la collection prochaine soit plut belle que celle ci et sur-tout pour les hommes classique et junior

Écrit par : bejaoui | 13/07/2010

bonjour je suis une ukranienne je veux faire ouvrir une magasine en ukraine de votre marque . quelles sont les demarche quil faut suivre

Écrit par : noura | 02/12/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu