Avertir le modérateur

05/12/2007

Visite de Sarkozy en Algérie : les chefs d’entreprises algériens sceptiques

Visite de Sarkozy en Algérie : les chefs d’entreprises algériens sceptiques

 

The Adviser Mag –Algerie - Par rafik tayeb

 

 

 « Ils vont encore parler, organiser des tables rondes, faire des annonces...Mais au final, dès que Sarkozy sera reparti, il n’y aura rien pour nous ». Comme beaucoup de chefs d’entreprises algériens, Yazid, patron d’une petite PME d’Alger, n’attend presque rien de concret de la visite d’Etat de Nicolas Sarkozy. Axé sur l'économie, ce déplacement n'emballe pas les chefs d'entreprises algériens. « Sarkozy vient pour les contrats et le gaz. Rien d'autre. Je suis choqué et déçu par l'insistance des Français sur le montant des contrats qu'ils vont signer à l'occasion de cette visite. Il n'y a que les pétrodollars et le gaz qui les attirent chez nous ; le reste ne les intéresse pas », regrette le patron d'une PME spécialisée dans l'ameublement.

Contrairement à la visite d'Etat de Jacques Chirac en mars 2003, les patrons algériens restent méfiants sur les opportunités de coopération avec la France. Echaudés par les échecs successifs des tentatives de mise en place des partenariats gagnant-gagnant entre les entreprises des deux pays, les patrons algériens ne cachent plus leur scepticisme à l'égard de la coopération économique algéro-française. « La venue de Sarkozy va profiter seulement aux entreprises françaises. Les entreprises locales n'auront rien du tout. Cela fait des années qu'on nous parle de partenariats et de transfert de technologie, mais on ne voit rien venir », estime Laid, chef d'un bureau d'études à Alger.

Autre motif de déception chez les entrepreneurs algériens : le comportement jugé souvent « hautain » des patrons français en Algérie.  « Chez nous, les Français passent leur temps à se lamenter sur les blocages et la bureaucratie qu'ils rencontrent. En réalité, ce sont des gourmands. Ils veulent tout pour eux et se comportent comme des princes », ajoute Laid.

Peu généreux lorsqu'il s'agit de transfert de technologie et d'engagement réel en Algérie, les groupes français, même avec 20% de parts de marché pour la France ,  ne semblent pas satisfaits de leur situation en Algérie.

Les chefs d'entreprises algérien accusent aussi le gouvernement d'avoir ouvert sans conditions le marché algérien aux groupes étrangers. « Le mal est chez nous en Algérie. Le gouvernement doit agir pour obliger les entreprises françaises à composer avec les entreprises locales, comme en Tunisie ou en Chine », propose Laid.

 

http://www.toutsurlalgerie.com

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu