Avertir le modérateur

06/01/2008

LES ÉTATS-UNIS S’ADAPTENT A LA CONCURRENCE ASIATIQUE

Mondialisation/Commerce international

LES ÉTATS-UNIS S’ADAPTENT A LA CONCURRENCE ASIATIQUE

The Advisor Mag – Paris - Antoine Gazeau

L’afflux d’investissements chinois en Afrique préoccupe les Américains, qui prévilégient encore trop les produits pétrolifères, à la différence de leurs concurrents asiatiques.

« L'Afrique est l'objet de toutes les attentions : sur le plan politique, le continent ne doit pas rater le virage. Le modèle chinois est certes efficace, mais est-il le meilleur pour l'Afrique ? »

Mondialisation/Commerce international

 LES ÉTATS-UNIS S’ADAPTENT A LA CONCURRENCE ASIATIQUE

The Advisor Mag – Paris - Antoine Gazeau

L’afflux d’investissements chinois en Afrique préoccupe les Américains, qui prévilégient encore trop les produits pétrolifères, à la différence de leurs concurrents asiatiques.

« L'Afrique est l'objet de toutes les attentions : sur le plan politique, le continent ne doit pas rater le virage. Le modèle chinois est certes efficace, mais est-il le meilleur pour l'Afrique ? » Thomas Pickering, ancien diplomate aujourd'hui consultant de Boeing, résume l'état d'esprit des investisseurs américains ayant participé, du 14 au 16 novembre, au US-Africa Business Summit organisé par le Corporate Council on Africa (CCA) au Cap (Afrique du Sud). Les délégués, parmi lesquels les dirigeants de Chevron, Exxon Mobil, Merck & Co, Chrysler, Coca Cola ou General Motors, n'ont cessé de rappeler leur attachement à la « bonne gouvernance » en Afrique. Et leur méfiance vis-à-vis de l'appétit asiatique. « En exigeant une certaine transparence, les États-Unis ratent quelques opportunités », note Robert Mosbacher, président d'une agence gouvernementale américaine d'investissements, tout en jurant de ne jamais transiger avec les principes qui conditionnent, entre autres, l'éligibilité à l'Agoa (African Growth and Opportunities Act).

Le secteur privé américain a injecté plus de $ 4,5 milliards dans les infrastructures africaines en 2005, selon le rapport annuel 2006 de l'Infrastructure Consortium in Africa. Mais de fait, les bailleurs américains se savent rattrapés par leurs homologues chinois, qui ont investi quelque $ 11,7 milliards en Afrique en 2006, soit près du tiers des investissements directs étrangers enregistrés cette année-là. Un chiffre à rapporter aux « seuls » $ 400 millions apportés en 2005. « Cela n'est pas propre à l'Afrique, rappelle le professeur Yang Guang, directeur général de l'Institut d'études asiatiques et africaines. Nos investissements à l'étranger ont été multipliés par trois entre 2002 et 2006. Dans un marché pétrolier turbulent, nous avons les mêmes problèmes que les États-Unis… »

 « Intérêts africains »

 « Le souci de l'Afrique n'est pas de connaître les intérêts des Chinois, mais de servir les siens propres, assène Mandisi Mpahlwa, le ministre sud-africain du Commerce, en s'adressant aux investisseurs américains. Et nous notons que les Chinois diversifient leurs investissements, y compris dans la pêche, par exemple : exactement ce dont les économies africaines ont besoin et ce que les Américains continuent d'ignorer. » Le gros de leurs investissements reste concentré sur le pétrole. Sur les $ 47 milliards d'importations américaines venant d'Afrique en 2006, seuls trois proviennent de produits non pétrolifères, selon l'Opic (Overseas Private Investment Corporation). L'achat par la banque chinoise ICBC de 20 % de Standard Bank, en octobre, symbolise l'ouverture chinoise.

La bonne gouvernance ? « Que deviennent les droits de l'homme quand les groupes américains et européens investissent massivement en Chine ? », interroge le ministre. « Si les Chinois investissent en Afrique, c'est que les conditions y sont bonnes », balaie Sindiso Ngwenya, représentant de la Comesa (Common Market for Eastern and Southern Africa). Nombre de réunions du Sommet ont buté sur cette question. Mais les représentants du CCA ont aussi répété à l'envi que les investissements allaient affluer dans l'agrobusiness. Comme une promesse de la diversification attendue.

Source  (marches-tropicaux.com )

08:55 Publié dans economie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu