Avertir le modérateur

02/12/2007

Tunisie: Tunisair veut élargir sa flotte

Tunisie: Tunisair veut élargir sa flotte 

 

The Adviser Mag- Tunisie- Écrit par Karim TURKI    

 

 

La compagnie nationale de transport aérien Tunisair vient de lancer un appel d’offres international pour l'acquisition d'avions pour la période 2007-2016 et ce pour renforcer sa flotte.

Il faut savoir que jusqu’à maintenant, la stratégie de Tunisair a toujours reposé sur la gestion d’un parc hétérogène partagé à parts égales entre Airbus (modèle A300 et A320) le fournisseur européen et Boeing (B737)le constructeur américain .

La flotte de Tunisair se compose de 30 appareils répartis entre les deux modèles suivants:

 

La dernière fois que Tunisair s’est livrée un nouvel appareil, ce fut un Airbus A319 au printemps de cette année.

 

Le choix de la compagnie tunisienne de travailler avec les deux grands constructeurs a été dicté par une stratégie d’optimisation des avantages commerciaux qu’elle pouvait tirer de cette politique (créer une concurrence entre les fournisseurs). Ce choix obéit également à l’impératif d’indépendance par rapport aux fournisseurs (ne pas rester sous l’emprise d’un seul fournisseur) surtout au niveau de la maintenance et de la fourniture de pièces de rechanges.D’ailleurs, même la réalisation du centre de formation de pilote sur simulateurs de modèle Airbus à Tunis (Gammarth) en 2005 Aviation Training Center of Tunisia ATCT (capital détenu par Tunisair, Airbus, Thales, Karthago et Nouvelair) ne peut être interprété comme une orientation de la politique de la compagnie vers un constructeur unique, car ce centre n’en est qu’à 25% de sa capacité et le choix d’autres modèles de simulateurs comme Boeing n’est pas exclu.

 

Le simulateur de l'ATCT capable d'offrir des qualification sur A319, A320, et A321 les pilotes ainsi que les techniciens

 

Reste qu’au delà des choix techniques et commerciaux, Tunisair doit faire face actuellement à un problème d’un genre nouveau. Il s’agit du manque de personnel navigants (Pilotes) à cause de la migration massive de ces derniers vers les pays du golf dont les compagnies aériennes n’hésitent pas à recourir au débauchage en faisant miroiter des salaires et des avantages défiants toute concurrence sur le marché local (sujet à suivre…).

Airbus A320

 

Un Airbus A320 de Tunisair

 

Fabricant                                                Airbus Industrie

Envergure de L'aile                                  34,1 m

Longueur                                                37,57 m

Hauteur                                                  11,76 m

Poids Max. au Décollage                           77 000 kgs

Vitesse de Croisière                                 (540 mph) 864 km/hr

Autonomie                                              (2 860 miles) 4 600 km

Passagers                                                180

Équipage                                                 7 (Commandant, Copilote, Chef de Cabine, 4 Agents de Bord)

Airbus A319

Un Airbus A319 de Tunisair

 

Fabricant                                                Airbus Industrie

Envergure de L'aile                                   34,1 m

Longueur                                                33,84 m

Hauteur                                                  11,76 m

Poids Max. au Décollage                           75 500 kgs

Vitesse de Croisière                                  (540 mph) 864 km/hr

Autonomie                                               6 800 km

Passagers                                                144

Équipage                                                 7 (Commandant, Copilote, Chef de Cabine, 4 Agents de Bord)

 

Airbus A300

Un Airbus A319 de Tunisair

Fabricant                                                    Airbus Industrie

Envergure de L'aile                                      44,83 m

Longueur                                                    54,07 m

Hauteur                                                      16,53 m

Poids Max. au Décollage                               165000 kgs

Vitesse de Croisière                                      470 noeuds (environ 870 km/h)

Autonomie                                                   6 800 km

Passagers                                                    267-375 

Équipage                                                     10 (Commandant, Copilote, Chef de Cabine, 6 Agents de Bord)

 

Boeing 737

Un Boeing 737 de Tunisair

Fabricant                                                    Boeing International

Envergure de L'aile                                      34,30 m

Longueur                                                    31,20 m

Hauteur                                                      12,6 m

Poids Max. au Décollage                               56 240 Kg

Vitesse de Croisière                                     955 Km/H

Autonomie                                                  6 800 km

Passagers                                                  132 en 1 classe ou 110 en 2 classes 

Équipage                                                   7 (Commandant, Copilote, Chef de Cabine,4 Agents de Bord)

Commentaires (2) 

 

 1. 22-11-2007 21:38  

  Il serait tant que TUNISAIR se mette au long courrier: un ou deux A330, ou un ou deux 777 au choix, aller en Amérique du Nord ou en Asie, çà ne peut que faire du bien à notre petite compagnie nationale...elle a tout pour réussir...tant que les mastodontes européens la laissent tranquille.

2. 01-12-2007 13:02  

  Il est également temps que les trois compagnies fusionnent.Il ne sert à rien d'avoir une compagnie nationale et deux mini sociétés,Nouvelair et Carthago... Le risque est en effet grand que l'ouverture obligée de notre espace aérien ne se traduisent pour elles par de graves difficultés comme on l'observe ailleurs pour les sociétés marginales

http://www.tunisieaffaire.com

 

14:52 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0)

Gare à la spéculation immobilière à Zembra !

Gare à la spéculation immobilière à Zembra !       

 

The Adviser Mag- Tunisie- Écrit par Sarrah Bakry    

 

 

Un grand complexe touristique, environnemental et de santé va être réalisé sur l’île de Zembra par un investisseur chinois. Et nous voilà en plein dans le syndrome d’Enfidha ; c’est-à-dire une valorisation soudaine de l’immobilier qui attire toutes sortes de spéculateurs.

 

Il faut dire que les Chinois voient grand dans leurs investissements à Zembra, cette île rocheuse toute mignonne située dans le nord-est du golfe de Tunis (à 15 kilomètres de Sidi Daoud et à 55 kilomètres du port de La Goulette ) mais dont la superficie est quand même de 391 hectares.

 

Ils comptent y développer du tourisme haut de gamme pour attirer une clientèle riche (le genre qui va à Capri), du tourisme de santé pour attirer les seniors européens et du tourisme écologique dont les Occidentaux sont spécialement friands. Notons, en passant, que la diversification de notre tourisme vient ainsi de l’extérieur (comme toujours, allions-nous dire !)

En un mot, nous voici devant une valorisation extraordinaire de l’île de Zembra. Car il faut comprendre qu’en conséquence de la simple annonce de la réalisation de ce complexe, nous allons assister à un engouement certain de la part des Tunisiens et des étrangers ; qui pour simplement y construire une villa, qui pour se lancer dans des hôtels et des restaurants, qui pour essayer de tirer le plus grand parti de cet immobilier soudain magnétique, même si le site est particulièrement rocheux.

Et c’est de ces derniers acteurs que nous craignons de voir Zembra devenir un terrain d’enchères et de spéculation… exactement comme nous le craignons pour le site d’Enfidha qui, en devenant progressivement une immense plate-forme du transport multimodal, attire les regards et attise les appétits.

 

  C'est dommage que l'on s'interesse a cette île soudainement pour un projet de cette envergure. Osons espèrer que Zembra ne deviendra pas Capri, ce "rôcher" qui est une aire marine protegée et dont le système naturel ne saurait faire face à une pression aussi importante que celle qui se dessine a l'horizon -d'après la maquette que le JT de 20H00 avait presenté- et prions pour que le désir des investisseurs chinois, reste voeux pieux. Il ya des cas ou la spéculation ne saurait s'mposer, car la valeur financière des benefices provenant du fonctionnement normal de ce système naturel depasserait certainement le montant de l'investissment prévue et serait profitable au moyen et long terme. Espèerons que nos gouvernants saurons maintenir le cap qui a toujours etait celui du developpement durable et de la protection des ressources stratégiques.

 

  c'est pour quand ce projet et a qu'el prix la vente ?

pourquoi c'est pas vendu pour des hommes d'affaires tunisiens.

es ce qu'il y a autre chose a vendre dans ce pays des merveilles.

 

  Dommage pour ce parc national . Il existe sur ce site +20 espèces de poisson propre à cette île . C'est un patrimoine national qu'on doit le préserver.

On sait que cette île est gardée et aucunne peut accéder.

Quid des eaux usées et des déchets ménagers.

 

  Je connai bien cette ile comme étant originiare de kelibia. La question que l'on peut se poser c'est pourquoi tout d'un coup tout le patrimoine tunisien est vendu.

Le Lac Nord, La cité Sportive, Maintenant on nous parle de Zembra, on a un vu un aricle parlant de 5 milliard investis dans un projet touristique, mais on ne sait ou ce projet va être construit.

Peut on espérer que ces projets soit au moins bénéfique d'un point de vue économique à toute la population des environs et pas seulement à une infime minorité de personnes.

  Le projet italien vise ghar el melh, un autre joyaux du golfe de tunis, ainsi nous voila bien ficelé un comlexe sur ghar el melh et un autre sur zembra. Ghar el melh ou la posidonie occupe des espaces quasi inimaginables jusqu'a l'ile cani en face (un autre site a proteger...si il ya pas de spéculation a l'horizon) sera donc "touristo-italienne". 

Zembra, comment expliquer qu'il ne faut pas prendre cet investissmenet à la legere. C'est une système naturel remarquable et fragile, voyez plutot ce que prévoeint les plans de gestions préparés par des experts avec une participation de l'ensemble des acteurs, y compris régionaux et associatifs, et qui ont demandés dse soutients financiers importants pour leur élaboration....

Peut etre que les décideurs n'ont pas su bien traduire l'importance du site, sa fragilité et son unicité afin d'éviter sa banalisation.

http://medmpa.rac-spa.org/pdf/Rapports/Tunisie/AA%20Zembra_finalreport.pdf

http://www.apal.nat.tn/infoglueDeliverWorking/digitalAssets/49_PdG_Zembra.pdf

http://medmpa.rac-spa.org/pdf/Rapports/Tunisie/FINAL.pdf

http://medmpa.rac-spa.org/pdf/Rapports/Tunisie/AA%20Zembra_finalreport.pdfbra.pdf

Lisez les, svp et agissons ensemble, de manière a sensibiliser et informer nos decideurs pour que ce patrimoine le reste.

 

http://www.tunisieaffaire.com

 

14:51 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0)

Le risque financier et l’apport de l’Intelligence économique

Le risque financier et l’apport de l’Intelligence économique 

The Adviser Mag- Paris-

Alain Juillet, Haut responsable chargé de l’intelligence économique, a souhaité laisser la parole aux acteurs de l’IE dans la rubrique “éditorial” de son site internet. Ce mois-ci, c’est avec plaisir que le site du HRIE accueille Hervé Dallérac, directeur des enquêtes et de la surveillance des marchés à l’autorité des marchés financiers (AMF).

Dans nos économies développées, plus ouvertes que jamais à la compétition et à l’appétit de la concurrence, les PME comme les grands groupes industriels doivent compter sur des stratégies de développement imaginatives associées à des ressources financières stables et pérennes. Analyser ses marchés, apprécier ses actifs stratégiques, cerner son risque financier, jauger la nature et le soutien de son actionnariat sont les défis quotidiens que doit relever le chef d’entreprise.

Pour les sociétés faisant appel public à l’épargne, la réglementation boursière apporte des normes, des codes de conduite et un suivi qui fiabilisent les échanges d’information et de capitaux ; cette réglementation ne saurait pour autant protéger à elle seule un tissu économique qui, dans son ensemble, lui échappe dans une large mesure et dont la diversité des défis à relever lui sont pour une bonne part étrangère.

Comprise comme un ensemble dynamique d’analyse et d’échange d’informations, de règles d’accompagnement et de mise en oeuvre d’actions protectrices et offensives, l’intelligence économique concourt au développement harmonieux de la vie économique. Là où les autorités dédiées trouvent les limites de leurs moyens d’action, elle est un catalyseur, une synthèse, une alerte aussi, et un relais qui s’associent à l’essor des entreprises, dans toutes leurs dimensions, notamment commerciale et financière.

Mieux informés, mieux sensibilisés aux enjeux auxquels ils sont confrontés, des sources de financement au management des risques financiers et à la communication financière, les chefs d’entreprise seront aussi mieux armés pour aborder lucidement les autres composantes de leurs responsabilités managériales. La gestion du risque financier est un enjeu quotidien majeur de la vie de l’entreprise. Elle est au coeur de forces ou de faiblesses du tissu économique et, à ce titre, elle mérite toute l’attention de l’intelligence économique.

Hervé Dallérac, Directeur des enquêtes et de la surveillance des marchés Autorité des marchés financiers

http://www.intelligence-economique.gouv.fr

14:50 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu